Μουσείο - Βιβλιοθήκη - Στρατή Ελευθεριάδη - Tériade

Yiannis Tsarouhis (1910-1989)

Yiannis TsarouhisYiannis Tsarouchis est considéré comme un des principaux représentants de l’art grec moderne de la période de l’entre deux guerres et de l’après guerre. Peintre, homme de théâtre, penseur et enseignant, son œuvre et sa manière de penser ont fortement influencé l'art grec moderne et la société grecque elle-même. Pour reprendre les termes du poète et parolier Nikos Gatsos: “Tsarouchis associe la sagesse du peuple – avant que le peuple ne devienne une masse anonyme – au savoir et à la perception d’un être extrêmement cultivé. Si Tsarouchis n’existait pas, le ciel serait plus pauvre de milliers d'astres”.

Son activité artistique est polymorphe et s'exprimera dans moult secteurs. Outre à la peinture il sera très actif au niveau des arts décoratifs, de l’art du tissage, des peintures d’icônes, de la mise en scène, de la réalisation, de la poésie et de la littérature. Au début de sa carrière qui date de 1930, il est profondément influencé par le théâtre d’ombre grec avec son personnage central Karaghiosis, par les affiches de Dedousaros et S. Spatharis, l’artiste populaire byzantin F. Kontoglou, les peintures de Théophilos, la poterie grecque, les peintures murales de l’âge hellénistique (les fresques de Pompéi, les portraits du Fayoum, etc.). Dès 1955, à ces influences s’uniront celles de la Renaissance, du Baroque, des naturalistes hollandais et français des XVIIe et XIXe siècles, de la peinture murale d’Asie centrale. L’influence de Matisse fut tout aussi importante, principalement dans son utilisation des couleurs.

Dans sa quête éternelle à la recherche de la ‘bonne’ manière de présenter la réalité dans ses peintures, il oscille constamment entre deux mondes totalement différents, peut-être opposés: l’Occident et l’Orient. Dans l’acception la plus large de ces termes, nous pourrions distinguer une première période marquée par l’expressionnisme oriental – un art oriental et une peinture murale qui s’expriment par la couleur pure – et une deuxième, exposée en ce lieu, par le naturalisme – peinture qui s’exprime par la technique des clairs obscurs, la perspective et les reproductions fidèles au modèle. Jusqu’à sa mort, il sera persécuté par ce hiatus entre ces mondes opposés et par ses tentatives de les conjuguer.

Théophilos habillé en Alexandre le Grand (1968)

Yiannis Tsarouhis
Le portrait debout du célèbre peintre Théophilos a été exécuté par Tsarouchis pour lui exprimer toute son admiration et son affection. Se servant d'une vieille photo, Tsarouchis réussit à faire en sorte que son regard transperce le spectateur. Le personnage est symbolique; il exprime la volonté de l'artiste d'immortaliser Théophilos, de le garder bien vivant aux yeux du public et d’en conserver le véritable esprit. Théophilos était un modèle pour Tsarouchis – le peintre authentique intéressé uniquement au pouvoir de la création qui s'inscrit dans le courant représenté par la Génération des Années Trente. Bien que cette oeuvre doit être considérée à l’aune des circonstances historiques de l’époque qui la vit naître, elle exprime surtout les sentiments de Tsarouchis qui dit un grand ‘Merci’ pour la voie qui lui a été ouverte.

Cette peinture caractérise la seconde période de l'artiste. On y remarque un changement de style et de technique par rapport à ses travaux précédents probablement du à l’association des couleurs de l’art byzantin avec le réalisme du personnage. Le volume du corps est obtenu en utilisant les couleurs fondamentales de la peinture byzantine tandis que la perspective choisie par l’auteur renvoie au classicisme occidental.