Μουσείο - Βιβλιοθήκη - Στρατή Ελευθεριάδη - Tériade

George Vakirtzis (1923-1988)

George VakirtzisNé à Mytilène, George Vakirtzis fait ses études à l’Ecole supérieure d’Arts d’Athènes et à l’École des Beaux-arts de Paris, où il choisit de se spécialiser en arts graphiques et dans la gravure. Après ses études, il occupe la fonction de directeur artistique auprès de la société ‘Scouras Films’ et de la compagnie publicitaire ‘Gnomi Anonymous’. Il collabore aussi, dans la section des arts visuels, avec la compagnie ‘Finos Films’, l’Office National du Tourisme Hellénique et les Festivals d’été. Pendant ce temps, de 1945 à 1964, il crée de nombreuses affiches géantes pour plusieurs compagnies cinématographiques d’Athènes ainsi que d’autres affiches pour des produits de consommation, des films, des pièces de théâtre, des conférences et des campagnes de sensibilisation. Sa technique descriptive avec ses couleurs fortes et intenses marque un vrai tournant dans les techniques de promotion cinématographique et les affiches de rue qui aguichent le public auquel il s’adresse sans sacrifier au respect qu’il lui doit. Cette conception innovante du dessin publicitaire portera ce qui était considéré jusque là comme le parent pauvre de la peinture à un exceptionnel niveau idéologique et artistique totalement neuf.

A partir de 1964, Vakirtzis travaille à une série d'ouvrages expressionnistes à caractère social ayant l’être humain pour thème central; dans ces ouvrages il exprime ses convictions idéologiques et son opposition à la surcommercialisation de son travail artistique. Ses œuvres d’art expriment une forte opposition à la guerre et un esprit humanitaire profond avec un esprit social révolutionnaire et un sarcasme critique. Cette période est marquée par sa répulsion envers les affiches géantes et une indépendance spirituelle et artistique. Son Monologue représente bien cette période. Cet ouvrage utilise un point de vue fortement réaliste pour dénoncer un problème social majeur de notre époque: l'isolement, l’incapacité de communiquer avec autrui, en d’autres termes la solitude de l’être humain.