Μουσείο - Βιβλιοθήκη - Στρατή Ελευθεριάδη - Tériade
GRANT LIVRES

Bible

Couverture et frontispice
Écrit
Edition
Marc Chagall (1889-1985)
1956, Paris
Imprimé en deux volumes 45,4 x 34,5 cm
Le texte a été composé en «romain du roi» gravé par Grandjean au 17° siècle.
Marc Chagall a gravé les 105 cuivres de 1931 à 1939 pour Ambroise Vollard.
Tirage unique sur papier Montval:
  • 275 exemplaires, numéros 1-275
  • 20 exemplaires hors commerce, numéros I- XX
  • Il a été tiré en outre 100 albums sur vélin d’Arches, contenant les 105 eaux-fortes originales rehaussées par la main par l’artiste.
Les illustrations de la Bible sont le dernier travail commandé par Ambroise Vollard, décédé en 1939, c’est donc avec Tériade que Marc Chagall acheva ce travail en 1952.

C’est en 1930 que Marc Chagall, plein d’enthousiasme et d’émotion, se dévoua à l’illustration de l’Ancien Testament, de la Genèse aux Prophètes. Mécontent de ses premiers essais, il décide d’aller trouver sur la terre biblique l’inspiration pour l’illustration des textes sacrés : en 1931, il se rend en Syrie et en Palestine. Les peintures qu’il fit ensuite sur le motif portent la trace de ce voyage. De 1931 à 1939, il avait réalisé 66 cuivres sur les 105 et il acheva son travail entre 1952 et 1956. Bien que le travail du peintre s’étende sur une très longue période, une grande unité s’exprime dans ces gravures d’époques différentes.

La Bible, ainsi que Les dessins de la Bible (Verve n °37-38) témoignent du travail monumental de Marc Chagall, un des premiers peintres modernes qui illustra le livre sacré. Marc Chagall, malgré ses origines russes et juives, s’attaqua à l’illustration de versets de la Bible, ces versets sont extraits de la Traducteur établie, d’après les textes hébreux, par des pasteurs et des professeurs de l’église de Genève et publiée en 1638. Il illustra les grands moments de l’Ancien Testament, le Paradis, la Tentation jusqu’aux Prophètes, sans se référer au pêcher originel, mais en s’en tenant aux messages qui sont pour la plupart l’accord entre tolérance et amour.

Marc Chagall considéra le texte de la Bible comme un réel chef-d’œuvre, imprégné d’esprit et d’harmonie, … C’est dans cet esprit qu’il conçut simplement et clairement son projet, caractérisé par une expression vive, pour traduire justement le message constitutif essentiel de la Bible. Parallèlement, Chagall répercuta son angoisse personnelle dûe à la situation politique générale de l’époque qui était celle de la montée du nazisme. Les images semblent écarter explicitement les moments et les gens avec une telle force que le spectateur prend conscience de l’histoire respective et de sa portée. Le spectateur, en regardant l’une de ces images, revit tous les grands moments de l’Ancien Testament.